Recherche avancée

  • Appellation

  • Couleurs

  • Agricultures

  • Prix

Recherche avancée

  • Appellation

  • Couleurs

  • Agricultures

  • Prix

2018, un millésime à sensations… fortes

Après un millésime 2017 éprouvant, le millésime 2018 s’est déroulé dans une atmosphère défiante et anxiogène, rendant les choix techniques lourds et capitaux, mais le résultat s’annonce à la hauteur des efforts fournis.

 

Un enchainement de situations extrêmes
La saison d’hiver a connu des températures plutôt classiques mais une pluviométrie anormalement élevée allant jusqu’à cumuler les précipitations d’une année complète dès la mi-juin. Les sols bien travaillés évacuent les excès, les raisins profitent de cet apport mais l’humidité ambiante favorise la pression parasitaire, le mildiou s’installe et entraîne des pertes de récoltes importantes. La lutte phytosanitaire  est particulièrement rude
nécessitant des capacités importantes de réaction de la part des équipes. Le constat évident est que la tenue du vignoble et la réalisation des travaux dans le bon timing (levage notamment) aura été un facteur de réussite du millésime.

 

Ce 2018 met à l’honneur les ouvriers viticoles
La persévérance, la réactivité et la compétence, de ces artisans a eu un rôle décisif. Le débourrement (première semaine d’avril) a montré un potentiel de récolte très important, revu à la baisse ensuite : mildiou, coulure et millerandage sur les vieilles vignes et les épisodes de catastrophes climatiques (grêle du Bourgeais, Blayais, Sauternais et Sud Médoc), impactant significativement les rendements.
Depuis le 20 juin, à part quelques épisodes orageux, le temps est sec. Au 20 août, nous relevions une contrainte hydrique modérée à forte (sols de graves) pouvant parfois s’accompagner de défoliations et rendant la fin de véraison un peu chaotique sur les terroirs les plus tardifs. Mais dans l’ensemble la véraison se déroulera de façon rapide et homogène.

 

De belles maturités
Cette fin de cycle végétatif avec des températures chaudes sans être caniculaires laissait déjà présager de belles maturités. Les dernières pluies combinées à l’amplitude thermique auront permis une synthèse aromatique et polyphénolique quantitative et qualitative. Ces dimensions-là sont les points communs des grands millésimes identitaires Bordelais tels que 1990 ou encore 2010.
Au 10 septembre, les premiers coups de sécateurs pour les rouges ont été donnés, les blancs étant déjà en cuves pour moitié.

 

L’anxiété aurait-elle laissé place à la joie d’un très beau millésime ? Le tome 2 reste à écrire. #emotions2018

 

 

 

Stéphane TOUTOUNDJI, Julien BELLE, Marie-Laure BADET MURAT et Thomas DUCLOS, oenologues associés chez Oenoteam

 

Laissez un commentaire

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.

Les vignerons partenaires ont tous pour point commun d’être conseillés et consultés par l’un des 3 oenologues associés :
Julien Belle, Stéphane Toutoundji ou Thomas Duclos.

Ce Club vous offre la possibilité de faire la connaissance de vignerons de différentes appellations de Bordeaux et du Sud-Ouest et de découvrir ou de sélectionner des vins dans les 3 couleurs et dans une gamme de prix accessible.

Des vins biens faits, suivis techniquement et accueillis par la presse, le marché et les consommateurs comme des produits de qualité.

Cette plateforme vous est dédiée, parcourez, visitez et découvrez nos actualités pour venir déguster.

Enregistrer